Emmanuel CARRERE, Le Royaume, P.O.L, 2014

Enquête « ad narrandum » à la première personne dont le sujet d’étude est l’attitude (ambivalente) de l’auteur face à la religion catholique, ses dogmes et son histoire, sachant qu’il a trouvé en la littérature une autre manière d’être présent

  1. au monde
  2. à autrui
  3. à lui-même

– L’auteur se/nous pose différentes questions :

  1. Qu’est-ce que, finalement, la religion catholique ?
    1. une secte qui a bien tournée ?
    2. « l’histoire d’un guérisseur rural pratiquant des exorcismes, que l’on prend pour un sorcier, qui s’est entouré d’une bande de bras cassés terrifiés par ses prédictions sinistres/énigmatiques qui se sont enfuis quand il a été arrêté » ?
    3. « 3 ans d’aventures qui se terminent par un procès à la sauvette et une exécution sordide » ?
    4. un assemblage de livres hétéroclites, écrits il y a 1000 ans par une centaine de rédacteurs ?
  2. Qu’est-ce que la théologie, si ce n’est une branche de la littérature fantastique (Borges) ?
    1. si JC ressuscité est 1 revenant
    2. alors les croyants sont des zombies/morts vivants

– L’auteur se livre avec virtuose à une exégèse de la Bible et ses personnages mis en lumière par l’Histoire, leurs liens avec la vie de l’auteur

Ce que j’ai retenu :

L’Eglise catholique a connu différentes périodes

  1. La petite enfance —> Jésus
  2. L’adolescence rebelle –> Paul et l’église des premiers siècles
  3. Adulte –> à partir de la conversion de Constantin
  4. Retraite –> à partir des Lumières, oscille entre
    1. gâtisme hargneux
    2. sagesse lumineuse

traversées par une « névrose religieuse  »

  1. horreur du sexe
  2. scrupule torturant
  3. tristesse recouvrant tout

 

challenge rentrée Littéraire de Mme Hérisson 2014  Mon avis :

C’est brillant, enlevé, d’un esthétisme fou … L’auteur mêle l’histoire de l’Eglise à l’Histoire de l’Antiquité et revient en un système de balancier récurrent sur l’histoire de l’art et sa propre vie …

Le voir se débattre en toute bonne foi avec la tentation de mettre en échec (encore une fois) ce qu’il admire le plus est très intéressant.

Pourtant,

  1. De tout ce déballage, la question de la FOI n’est jamais abordée. Car, de son propre aveu, l’auteur de l’a jamais eu : il est devenu chrétien par besoin d’accrocher son angoisse à une certitude, suivant en cela son grand-père maternel Georges Zourabichvili !
  2. L’ex-catéchiste que je suis ne peux s’empêcher de souligner que, selon l’Apocalypse de Jean, le Royaume des Cieux n’est pas pour les seuls chrétiens catholiques mais pour tous, quelque soit leur religion ou leurs croyances…

 

Publicités

Une réflexion sur “Emmanuel CARRERE, Le Royaume, P.O.L, 2014

  1. Pingback: Maëlle GUILLAUD, Lucie ou la vocation, Editions Héloïse d’Ormesson, 2016 | Mes Madeleines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s