Julia DECK, Le triange d’hiver, Les Editions de Minuit, 2014

Roman sur l’animalité, la culpabilité engendrées par l’ennui dans le couple et la société Mademoiselle est autodidacte et elle s’ennuie … rapidement … dans sa vie professionnelle et privée. Elle rencontre l’Inspecteur, se fait passer pour une romancière, s’y agrippe (il faut bien manger) ou se laisse aimer, par choix ou/et par nécessité. Ils ne sont pas du même milieu. Resteront-ils ensemble ?

challenge rentrée Littéraire de Mme Hérisson 2014       Mon avis :

Un roman en hommage au cinéma de Rohmer

  1. thème de la rencontre amoureuse, de la séduction
  2. point de vue féminin
  3. importance de l’écriture (le roman ne tient que par elle)
  4. économie de moyens (ceux de l’héroïne (elle est fauchée comme les blés) et ceux de l’auteur (le roman se lit en 3H))
  5. bricolage de règles de conduite adaptées aux situations concrètes (fellation contre vêtement neuf, …)

qui se lit d’une traite, en apnée.

J’ai été tenu par l’écriture (style indirect libre) et le personnage (un petit animal qui refuse toute contrainte sociétale et fait ce qu’il faut pour rester libre) …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s