Laura MILLAUD, La marque des soyeux, collection « Carabistouilles », Balivernes Editions, 2014

Roman historico-fantastique sur la Révolte des Soyeux en 1831, prélude

  • au syndicalisme
  • à la parution des journaux ouvriers
  • aux sociétés de secours mutuelles

Vivien est harcelé physiquement par les petites frappes de sa classe, partout où il passe

  1. c’est un bon élève
  2. il a une tache de vin sur le cou et le visage

Ses parents refusent une scolarisation à domicile et préfèrent le changer d’école, encore une fois. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

Mon regret :

La comparaison entre la vie des enfants en 1831 et celle qu’ils mènent de nos jours est explicitement décrite, le lecteur n’a pas d’effort de compréhension à produire

Mon plus :

Comme il n’y a aucun implicite dans le récit, il peut convenir aux petits lecteurs dès le cycle 2(fin)-3

Mon avis :

  1. La partie historique sur la révolte des soyeux de 1831 (il y a eu plusieurs révoltes de canuts)
  2. le mélange des genres (fantastique et historique)
  3. la partie « civique » de l’histoire (harcèlement moral/physique)

sont particulièrement intéressants pour une exploitation en primaire (cycle 3)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s