Maxime OSSIPOV, Histoires d’un médecin russe, Editions Verdier, 2014

8 nouvelles formant un récit par reprise de personnages

  1. navigant de la Russie aux USA (des médecins cardiologues, réanimateur-anesthésistes, urgentiste, infirmière, des soldats, des étudiants …) et vice-versa, selon les aléas de la vie,
  2. s’interrogeant sur ce qui fait l' »âme russe »

Mon avis :

L’auteur (russe, médecin et écrivain) a été comparé dès la parution de son précédent roman Ma province en 2011 à d’illustres prédécesseurs (Boulgakov, Tchekhov, Vassili Axionov, …). Comme je n’en ai étudié aucun, je m’abstiendrai de tout parallèle. Pourquoi rester en Russie, se demande l’auteur en filigrane, puisque

  1. rien ne marche, le trafic,
  2. la délation, le meurtre, (…) sont rois ?

Il fait si bon vivre aux USA … Même si les amis que vous vous y faites

  1. sont d’une autre culture (littéraire), et mettent l’argent au pinacle
  2. dénoncent, font des procès (…)
  3. vos enfants ont honte de votre accent, signe extérieur de votre différence

Sa réponse est simple : parce que l’on y est chez soi, entre soi et qu’en dépit des difficultés

  1. matérielles (délabrement et déliquessence matérielle et morale généralisée, parfois organisé par certains afin de s’enrichir plus vite avant de disparaître)
  2. sociales (pauvreté, chômage),
  3. sociétales (violence(s), ivresse jusqu’au délirium tremens, trafics en tout genre pour survivre, fonctionnariat d’Etat, …),

on y est heureux ! Que l’âme slave, loin de la mère patrie, n’est plus tout à fait la même …

Entre les lignes, la différence EST/OUEST s’efface :

  1. tous des hommes, tous pourris ? Non, seulement des humains qui s’agitent pour oublier
    1. qu’ils sont mortels
    2. que « bien sur terre reste sur terre »
    3. seul l’amour (reçu et/ou éprouvé) comptent, à la fin
  2. les difficultés sociétales et sociales (immigration (vision et visée)) de l’Europe et de l’Amérique se superposent en
    1. une quête de pouvoir (sur soi, sur les siens, sur les autres)
    2. une égale difficulté à communiquer ses sentiments

Je venais de finir ce livre quand j’ai entendu les médias rapporter les propos du président OBAMA « (…) en Amérique, on intégrait mieux [qu’en France] les étrangers (…)), propos qui m’ont particulièrement étonnée puisque :

  1. j’ai lu l’année dernière des interviews de professeurs américains préfèrant venir travailler en France (Paris, université commerciale) pour un moindre salaire afin de bénéficier de notre façon de vivre
  2. si je me souviens bien, la tuerie de Boston (marathon) avait été perpétrée par un immigré qui ne se sentait pas intégré aux USA

Maladresse ? Désinformation (voir la ressention de FOX NEWS pendant les évènements Charlie Hebdo) ? Jalousie (de quoi ?) ? Aigreur (pourquoi ?) ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s