Exposition au Musée de la bande dessinée (quai de la Charente à Angoulême) « Le monde magique des Moomins », du 28 Janvier au 17 Mai et du 20 Juin au 04 Octobre 2015

Dans cette exposition présentée au musée de la bande dessinée, on découvre

  1. les personnages de cette saga
    1. Réagissant à la violence du conflit mondial qui vient de se terminer, Tove Jansson, jeune illustratrice pour la presse, imagine, à partir de 1945, l’univers tendre et malicieux des Moomins, trolls (créature des légendes scandinaves habitant des montagnes ou des forêts) qui ressemblent à des hippopotames débonnaires vivant en Finlande dans une jolie vallée  près de la côte (il leur suffit de traverser le bois pour être sur la plage). Ils sont accueillants et tolérants. Leur maison est toujours pleine d’invités, et beaucoup de leurs amis vivent avec eux, de manière plus ou moins permanente
  2. l’art de sa créatrice – et celui de son frère Lars à partir de 1957 et jusqu’en 1975-
    1. Les premières bandes dessinées de la série Moomin se présentent sous forme de strips de six cases. Le texte est alors inscrit sous le dessin. Tove Jansson, qui avait déjà réalisé quelques bandes dessinées alors qu’elle n’avait que 14 ans, manifeste ainsi une sorte de fidélité à une forme traditionnelle de bande dessinée en Europe.
      1. La publication en strips imposant de longues bandes découpées en cases, la dessinatrice s’amuse avec les bords de cases, qui font partie intégrante de l’image, puisqu’ils sont tour à tour objets, plantes, la queue de Moomin elle-même, comme une sorte de continuité du dessin.
    2. Lors de la publication de la série en Angleterre, Tove Jansson « modernise » sa présentation. Destinée à un large public (enfants et adultes), la bande dessinée voit notamment l’introduction des bulles de dialogue dans les cases.
    3. A noter :
      1. le jeune Hayao Miyazaki (Porco Rosso, Mon voisin Totoro…) a fait ses premières armes dans l’animation sur des épisodes de Moomin… Ce dernier cite d’ailleurs l’œuvre de Tove Jansson comme une de ses inspirations pour Mon voisin Totoro.
  3. ses valeurs humanistes
    1. « Travailler et aimer », telle était la devise de Tove Jansson, et ce dévouement se retrouve dans son œuvre
      1. déchiffrer les comportements et les sentiments humains et les retranscrire avec simplicité, humour et grâce
        1. le dramatisme et les réflexions sur la vie en société, le quotidien, les rencontres, l’amour, le couple et même la politique
 Mon avis : 
Je le signale au cas où car je ne l’ai pas encore vu … Je me le suis noté pour des vacances à venir …
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s