Mia COUTO, La Confession de la lionne, collection « Bibliothèque Portugaise », Editions Métailié, 2015

Roman mêlant les croyances animistes africaines, le conte étiologique, la chasse, le roman familial et la bassesse humaine


Quelque part au Mozambique (??) se trouve le village de Kulumani, en apparence hospitalier (aux yeux des étrangers uniquement). La famille de la narratrice principale (Mariamar) y vit depuis des générations. Un jour, la sœur aînée, Silência, est tuée par un lion. Suite à un concours, le dernier chasseur de la région, Arcanjo Baleiro, et un écrivain,Gustavo, viennent au village pour tuer le lion mangeur d’hommes … Qui sont les lions ? Qui sont les hommes ? Qui vivra ? Qui sera tué(e) ?

Mon avis : Une œuvre poétique et étrange sur l’essence de la liberté (folie ou fuite en avant ?)
Un livre qui se lit en 4 heures à peine, une lecture dont on sort sonné, une langue qui chante

  1. l’amour de la mère
    1. humaine
      1. Hanifa Assulua Kapitamoro (mère de Mariamar, à l’origine de son asservissement et de sa libération)
      2. Martina Baleiro (mère d’Arcanjo Baleiro, femme battue par son mari, vengée par le meurtre de l’aîné Rolando, enfermé depuis chez les fous)
    2. animale (la lionne, les vautours, les poules)
    3. l’Afrique
  2. les désordres du patriarcat
    1. l’inceste, le(s) viol(s),
    2. la négation de la femme,
    3. l’importance du nom et de la lignée
      1. Baleiro<balle de fusil,
      2. Kapitamoro<capitaine,
      3. Mariamar<Marie, mer,
      4. Silência<silence (imposé par le père puis la mère suite à l’inceste), …),
    4. la folie de l’hypocrisie
      1. du village avec ses médisances, son envie du bien d’autrui et sa mesquinerie
        1. l’animisme et les superstitions
      2. de la société africaine (trilogie : armes, argent, pouvoir)
        1. aucun responsable n’a puni le viol et le meurtre de Tandi, …
        2. des femmes qui acceptent sans se révolter

et dont le titre ne prend tout son sens qu’à la fin : qui est vraiment la lionne ?

Une magnifique métaphore de quand les mots deviennent des armes (de la femme ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s