Bruno CARLISI, Alzahel ou les Nuits que Shahrâzâd n’eut l’audace de conter, collection « Les Nouveaux Romanciers », Edition Carpentier, 2015

Roman (qui reprend la structure des 1001 Nuits), conte, aventures ou épopée d’un enfant prodige avant que les djinns ne quittent ces terres où ils prospéraient


Sharâzâd ne conta les mésaventures d’Alzahel, tronquées par les siècles, qu’une fois que Shariar l’eut épargnée. La présente narration comble les blancs de l’histoire.
Qirup, dite Abou Tertour (13 ans), est la 4ème femme d’Adîb ibn al-Hakam ibn Abî. Enceinte d’Alzahel, elle meurt en couches après avoir échappée de peu à un meurtre, le « Jour de l’Aveugle ».
Elevé par ses 2 autres mères, Pashema et Saphira, Alzahel est l’objet de leurs inquiétudes et de tous leurs soins. Afin de le sauver, elles concluent un pacte avec un djinn : il ne devra pas intervenir dans la destinée d’Alzahel.
Mîthaq tiendra-t-il parole ? Pourquoi souhaite-t-il attacher ses pas à ceux d’Alzahel ?

Mon avis :
La structure et le principe des récits enchâssés des 1001 Nuits est respectée. La syntaxe est moderne, donc évite toute lourdeur (pas de « et » à répétition).
L’effet de tournis, provoqué par la multiplicité des personnages et des mésaventures, désagréable au début, prend tout son sens dans les dernières lignes …

Ce premier roman d’un libraire (depuis 2004) a été sélectionné par le Prix Matmut 2014 du 1er Roman (1er prix attribué à Laure Gerbaud pour Racines mêlées).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s