Dr Edwige ANTIER, Sois poli, dis merci – L’éducation à la française : tout un art, collection « Réponses », Editions Robert Laffont, 2014

Essai comparant l’éducation « à la française » à celle des autres pays, sous forme d’abécédaire

L’éducation « à la française » est un héritage des Lumières

  • connaissance des sciences
  • rectitude des jardins
  • éducation des enfants (Rousseau, le naturalisme)

Ses objectifs sont pluriels :

  1. sociétaux / comportementaux
    1. décriptage et transmission de l’implicite dans la culture
      1. les préceptes et les principes français
        1. le respect des autres (parents/professeurs)
          1. la politesse et les bonnes manières (à la recherche de la droiture)
          2. savoir attendre
          3. manger à heure fixe, à table (temps < à 20 mn), ensemble, sans grignotage, avec un éveil gustatif varié
      2. profiter du métissage des cultures (ethnographie) sans perdre l’essence de « l’éducation à la française »
    2. l’école gratuite pour tous (Jules Ferry)
  2. politiques
    1. libérer la mère pour faciliter la sociabilisation de l’enfant
      1. concilier travail ET maternité ET l’élégance vestimentaire
  3. psychanalytiques
    1. l’héritage DOLTO (le respect de la psychologie infantile)
      1. l’épanouissement de l’enfant
      2. l’autonomie (dès 2 ans)
        1. manger, s’habiller, être propre
        2. aller à l’école

Mon avis :

Chaque entrée de cet abécédaire se développe en 3 points

  • le thème et son rapport avec l’éducation « à la française »
  • ailleurs, autrement (point de vue ethnographique)
  • l’avis de l’auteur (pédiatre et psychopathologue)

et permet

  1. une distance, parfois salutaire, avec l’importance des points soulevés
  2. une mise au point (toujours bienvenue)
    1. le rapport défavorable « bénéfices/risques » de la kiné respiratoire
    2. l’épuisement et l’énervement induit par la collectivité à haute dose
    3. l’aggravation de la fracture sociale dûe à l’absence (au manque) d’investissement en temps/argent dans l’éducation de l’enfant par les parents (démissionnaires, trop occupés ou trop pauvres)
    4. le danger de strangulation du collier d’ambre (mal de dents)
    5. le décalage entre la maturité hormonale (15 ans) et sociale (25 ans)

dont la plus importante est

  1. qu’il ne peut y avoir de réforme des rythmes scolaires SANS réforme du rythme de vie des parents
  2. que les parents ne sont pas QUE des « géniteurs d’apprenants » mais des EDUCATEURS au même titre que les professionnels de l’éducation nationale puisqu’ils transmettent l’implicite de la culture

Bref, aux

  • ministère de l’éducation nationale
  • ministère du travail

de travailler main dans la main, pour le plus grands bonheur/épanouissement de nos concitoyens …

Au vu des événements actuels (réforme des programmes au collège), c’est pas gagné !!

Pour aller plus loin :

Pour une enfance heureuse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s