Michel KICHKA, Deuxième génération – Ce que je n’ai pas dit à mon père, Dargaud, 2012

BD – Roman graphique – Documentaire historique sur le syndrome de la 2ème génération (post trauma de la Shoah) et le mécanisme de refoulement automatique

Le père de l’auteur a passé sa jeunesse dans les camps. Libéré de Büchenwald le 11 avril 1945, seul survivant de sa famille d’immigrés polonais réfugiés en Belgique, il eut 4 enfants, une retraite active de peintre et d’écrivain … Chaque enfant recevra son silence de manière différente …

Mon avis :
Il y a l’Histoire et les histoires (de famille). Ici, il s’agit du rapport à la Shoah d’une famille juive décimée par

  • l’Holocauste
  • le silence du survivant

Non dénué d’humour (p.89, 95), il pose la question

  1. de l’opportunité de la libération de la parole sur l’Holocauste
  2. de sa réception
    Le parallèle le plus édifiant étant le dessin du logo « Arbeit macht frei » au frontispice d’Auschwitz (alors que les déportés mourraient de ce même « travail ») et

    1. le travail sur lui-même
    2. son rapport à l’histoire de sa famille
    3. les répercussions qu’elle a eu chez ses frères et sœurs

que nous propose l’auteur …

campagne de crowfunding pour l’adaptation animée de la BD

Pour aller plus loin :

La traversée de la nuit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s