Charlotte SALOMON, Vie ? ou Théâtre ?, Editions Le Tripode, 2015

Roman graphique, sous titré « opérette » par l’auteure, créée entre 1940 et 1942 pendant l’exil de l’artiste dans l’arrière pays niçois chez ses grands parents maternels
A noter : Vous pouvez retrouver

  1. toutes les rencontres en librairie autour de « Vie ? ou Théâtre ? » de Charlotte Salomon, sur le site de l’éditeur (http://www.le-tripode.net/evenements/a_venir)
  2. les expositions des reproductions de gouaches tirées du roman graphique dans diverses librairies :
    – Librairie Les Volcans, Clermont-Ferrand.
    – Librairie La Boîte à Livres, Tours.
    – Librairie Le Failler, Rennes.
    – Librairie Le Rideau rouge, Paris.
    – Librairie Durance, Nantes.
    – Musée des Beaux-Arts de Vienne, en partenariat avec la librairie Les Lucioles

Isolée d’une double façon

  1. dans un pays dont elle ignore la langue
  2. seule avec un grand père qui la rejette et qu’elle tentera (?) de tuer

et dernière

  1. d’une lignée maternelle dont tous les membres se suicident depuis 3 générations
  2. étudiante juive des Beaux Arts de Berlin

Charlotte Salomon s’interroge dans son unique oeuvre sur

  1. le sens de l’existence
  2. la vocation de l’art

et recrée sa propre version de l’histoire (familiale et historique), qu’elle appelle « le spectacle que les hommes se donne » sur un ton ironique, glaçant et émouvant

  •  histoire familiale :
    • la rencontre des parents durant la Première Guerre mondiale (Franziska, infirmière bénévole, Albert Kann, jeune chirurgien du front), leur mariage, la naissance de Charlotte, la mélancolie de la mère, son suicide en 1926, les épousailles avec la fascinante cantatrice Paulinka, la passion de Charlotte pour Daberlohn, le professeur de chant de cette dernière
    • l’épilogue : la lettre de Charlotte à Daberlohn qui traite de son amour, de son art et de son grand-père (qu’elle tenterait de tuer au moment même où elle écrit avec une omelette empoisonnée)
  • Histoire :
    • la montée du nazisme et les conséquences sur sa vie familiale et artistique

 

vie-ou-theatre   Mon avis :

J’avais adoré Charlotte de Foenkinos (https://mesmadeleines.wordpress.com/2014/10/24/david-foenkinos-charlotte-gallimard-collection-nrf-2014/) aussi ai-je été très émue de voir/toucher l’œuvre même de celle-ci, œuvre qui réinvestit ce qu’elle a appris aux Beaux Arts (expressionnisme et impresionnisme allemand, Nietzsche, les fenêtres de Matisse, les chambres de Van Gogh, … ) dans une création qui n’appartient qu’à elle, nourrit par sa vie et transcendée par son sang versé …

Si elle avait vécu, aurait-elle été la première

  1. de sa lignée à NE PAS se suicider ?
  2. créatrice d’un nouvel art, le sien ?

Tout l’intérêt tient dans les moyens minimaux utilisés (3 couleurs (rouge, bleu, jaune) en sus du blanc du papier / 1 pinceau) pour une opérette multimédia (foisonnement des personnages, des lieux, des situations) dans une mise en scène de soi (pour soi ? pour un/des éventuels(s) lecteur(s)) discontinue

Pour aller plus loin :

On peut écouter en ligne/télécharger une conférence formidable de Griselda Pollock (université de Leeds)  » Théâtre de mémoire: visualité, musicalité et allothanatographie dans l’œuvre singulier de Charlotte Salomon. Leben ? oder Theater ? 1940-1942. » : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=193

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s