Wilfried N’SONDE, Berlinoise, Actes Sud, 2015

26ème anniversaire de la chute du mur de Berlin

Roman sur les conséquences de la chute du mur de Berlin dans l’éducation politique et sentimentale du narrateur

Stan et Pascal arrivent à Berlin le 30 décembre 1989. Stan se remet d’un rupture amoureuse en suivant Maya, peintre d’Allemagne de l’Est, sur un sourire.
A travers l’exultation des corps, le temps fait son œuvre : Stan et Maya parviendront-ils à éviter le délitement dû aux tension et incompréhension de toute histoire d’amour ?

Mon avis :
Le combat pour la liberté engendre des monstres

  1. haine raciale (meurtre d’un jeune immigré)
  2. intolérance (défilé néo-nazi)
  3. aigreur (Maya et son impossibilité de continuer la résistance quand la liberté est acquise)

symbolisés, dans le roman

  1. par l’extérieur (Mur de Berlin, communisme, fascisme, capitalisme, matérialisme, …)
  2. par l’intérieur (Maya qui se blinde/se mure)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s