Kerry HUDSON, La couleur de l’eau, Editions Philippe Rey, 2015

la couleur de l'eau     Roman sur la classe ouvrière (Grande-Bretagne et Russie) : roman d’amour, roman social, roman politique
L’auteure a fondé le projet WoMentoring (http://womentoringproject.co.uk/) qui offre accompagnement et soutien à des auteures prometteuses

 

Dave est vigile quand il « tombe » sur Alena, une jeune russe. Aucun ne connaît la totalité de l’histoire de l’autre. Pourtant ils s’apprivoisent …

S’accrochant l’un à l’autre, dériveront-ils ensemble ou parviendront-ils à s’en sortir ?

Mon avis : La vie est dure mais rien ne vaut la vie ! 

2 êtres abîmés par la vie débutent une relation que l’on pourrait croire toxique, vue de l’extérieur, tant leurs zones d’ombre (East London et rêves de voyage avortés pour l’un, réseau de prostitution pour l’autre) béent et les fragilisent. De ces faiblesses mises finement au grand jour naîtra un jour nouveau … ou pas. Tout dépendra de des décisions prises par les personnages…

Rêver d’être heureux, est-ce un si grand crime ? Il semblerait que oui pour les racistes, les imbéciles et les empêcheurs d’aimer en rond !

Une leçon à retenir ? Vivre les yeux ouverts et les oreilles fermées, peut-être …

Un livre aussi limpide que doux-amer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s