Antigone (d’après Sophocle), Compagnie Slàdek

Pantomime masquée en allemand, surtitrée en français et en anglais

Mime, dramaturge, metteur en scène, chorégraphe, créateur de masques et directeur de théâtre, Milan Sládek (www.milansladek.de) est le fondateur

  • du théâtre pantomime Kefka à Cologne (1974)
  • des festivals Gaukler (festival international de la pantomime, Cologne, depuis 1976) et Kaukliar (festival international des arts de la pantomime, Bratislava, automne 1996)

Antigone et Ismène - Sladek Antigone     Hémon et Créon - Sladek Antigone     marionnettes antigone sladek     Antigone-mitte     Lors d’une bataille pour le trône de Thèbes (guerre des 7 chefs), Polynice tue Etéocle. Créon ordonne de laisser Polynice (traitre à sa patrie) sans sépulture et de rendre les honneurs à Etéocle. Antigone refuse d’obéir. Créon l’enferme vivante dans une grotte (le tombeau des Labdacides). Elle s’y pendra, Hémon s’y suicidera à ses côtés, plus tard. Le suicide consécutif de la reine Eurydice laissera Créon seul …

Ce qu’il faut savoir avant de voir la pièce :

Oedipe est le fils de Laërte et Jocaste. L’oracle de Delphes, avant sa naissance, prédit qu’il tuera son père et épousera sa mère. Il est donc exposé sur le Mont Cithéron par le roi des Labdacides (dynastie des rois de Thèbes) mais sauvé par Polybe et Mérope, souverains de Corinthe. Au cours d’un banquet, un convive crache à Oedipe son adoption. Pour en avoir le coeur net, Oedipe par voir l’oracle. A Delphes, l’oracle lui répète la prophétie donnée antérieurement. Oedipe, pour éviter inceste et parricide, refuse de retourner à Corinthe. En chemin, à un carrefour, il se dispute avec un vieil homme sur un char et le tue (c’était Laërte, son véritable père). Arrivé à Thèbes, Oedipe affronte le Sphynx et le vainct. Il obtient en récompense le trône de Thèbes, laissé vacant par la mort de son roi et la main de sa veuve (qui est en fait sa mère). 4 enfants naissent de cette union : 2 fils (Polynice et Etéocle) et 2 filles (Antigone et Ismène). Pour sauver Thèbes du fléau de la peste, Oedipe doit trouver, et punir, le meurtrier de Laërte. Après enquête, il s’avère qu’il est lui-même ce parricide incestueux : Oedipe se bannit lui-même de Thèbes, se crève les yeux, part mendier son pain (accompagné de sa fille Antigone ?), maudit ses fils (voilà la raison de leur bataille pour le trône de Thèbes) et Jocaste se pend …

De retour à Thèbes, Antigone doit épouser Hémon, le fils de Créon, son oncle, alors sur le trône de Thèbes …

Mon avis : 

Le travail s’est effectué en 3 temps

  1. Cologne : enregistrement des voix sur cassette par les acteurs
  2. Prague : travail avec les pantomimes à partir du jeu des cassettes afin de former 1 seul corps avec les 4 mimes
  3. Transmission des vidéos du travail des mimes aux acteurs afin qu’à leur tour ils ne fassent qu’un seul bloc (travail du choeur antique)

12 intervenants pour cette pantomime :

  • en blanc : Milan Sladek (pantomime principal)
  • en gris : 4 pantomimes/marionnettistes
  • en noir : 7 acteurs/actrices (1 par costumes/marionnettes) formant le choeur antique et donnant leurs voix aux personnages
    • Tirésias, Eurydice, Créon, Hémon
    • Antigone, Ismène
    • un garde

La marionnette de Créon ressemble (ventre) au baron Vladimir Arkonnen dans Dune Dune - Vladimir Arkonen - cf Ventre de Créon dans Antigone Sladek, son ventre nu et musclé (comme celui d’Hémon) rappelle le pouvoir masculin qui fait force de loi (cf « Moi vivant, une femme ne fera pas la loi ici »), tandis que celles d’Ismène et Antigone proclame leur féminité (et leur appartenance à la lignée royale) par la couleur chatoyante de leurs costumes et leurs bijoux (respectivement jaune et rouge) …

Créon devient ici un enfant capricieux et tyrannique qui refuse d’admettre qu’il puisse avoir eu tort d’opposer

  • l’amour filial (la raison) et l’amour conjugal (sexe/désir)
  • les arrangements politiques/économiques et les réflexions humanitaires
  • l’individu et la société
  • le droit divin et le droit de la cité

Pour le texte intégral de la pièce (traduit en français), voir ici : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6218603r/f1.image

Le plus intéressant est le jeu de Milos Sladek qui passe d’un masque à l’autre, d’un costume à l’autre, d’un personnage à l’autre sans qu’on soit sûr d’avoir saisi l’ensemble de ses mouvements. Les costumes/marionnettes prennent vie sous nos yeux … C’est la magie du théâtre !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s