Exposition « Jean-Baptiste Huet, le plaisir de la nature » du 06 février au 05 juin 2016 au Musée Cognacq Jay

Exposition monographique à travers une sélection de 70 tableaux, oeuvres graphiques et objets décoratifs de la main de Jean-Baptiste Huet (1745-1811)
1ère rétrospective d’un artiste protéiforme qui a appartenu à une importante lignée d’artistes du XVIIIe siècle

  • TARIFSPlein tarif : 6 €  –  Tarif réduit : 4.50 €  / HORAIRES : Ouvert de 10 heures à 18 heures, du mardi au dimanche (fermeture des caisses à 17h30). Fermeture le lundi et les jours fériés
  • ACCES : Musée Cognacq-Jay – 8, rue Elzevir – 75 003 ParisLe musée n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Représentatif de ce XVIIIe français serein et quelque peu insouciant, l’art de Huet constitue un formidable hommage à la beauté de la nature, entre rêverie et fascination.

L’exposition se déroule en 3 sections thématiques :

  • Sur le vif : consacré aux oeuvres animalières et aux études de plantes (en sa qualité de peintre du roi, Jean-Baptiste Huet pouvait facilement accéder aux spécimens de la ménagerie royale, mais appréciait tout autant la faune d’une Île-deFrance encore largement rurale, en particulier dans sa propriété de Villiers-sur-Orge)
    • reflet d’une observation attentive de la nature et de l’animal, mais aussi de l’influence des maîtres hollandais du Siècle d’or qui initièrent dans l’art français un essor sans précédent du genre animalier
  • Au bonheur des bergers : badinages amoureux, flâneries campagnardes ou occupations journalières sont ici présentées. Ces dernières, nourries par l’exemple de la peinture italienne et flamande de la Renaissance ou de la période baroque mais aussi de François Boucher, renvoient autant à une lecture idéalisée de la vie rustique, qu’à une reprise laïque du thème chrétien de la Fuite en Égypte. Ses paysages évoquent aussi la quiétude supposée des campagnes, à travers une vision contemplative de l’environnement sauvage
  •  Décors au naturel : dévolu aux projets d’ornement ainsi qu’aux dessins de toiles de Jouy
    • Le répertoire de Huet dans ce domaine se rapporte aussi bien à l’art rocaille finissant qu’au répertoire antique remis à l’honneur, témoignant de l’inventivité renouvelée de l’artiste et sa sensibilité aux différents courants de l’art de la fin du XVIIIe siècle.

D’une carrière essentiellement parisienne,formé en 1er lieu dans son milieu familial, JB Huet

  1. reçoit ensuite l’enseignement du peintre animalier Charles Dagomer et les encouragements de Jean-Baptiste Leprince (élève de Boucher),
  2. nourrira son oeuvre par l’exemple de la peinture italienne et flamande de la Renaissance ou du baroque.
  3. Riche de ces influences, Huet développe un style naturaliste et gracieux
    1. pastorales narrant les amours tendres des bergers,
    2. des paysages aux accents poétiques
    3. sujets animaliers

Cet artiste  incarnant le goût Goncourt, celui d’un XVIIIe siècle élégant et séduisant, exaltant sans pareil une certaine insouciance dans les dernières décennies de l’Ancien Régime reste néanmoins aussi illustre

  • une fois membre de l’Académie royale, l’artiste
    1. exposa au Salon pendant plus de 30 ans,
    2. diffusa largement ses inventions par le biais de la gravure
    3. collabora de façon déterminante à l’essor de la toile de Jouy (pour créer sa propre toile de Jouy : http://expohuet.paris.fr/)

qu’inconnu

  1. délaissa sciemment la commande publique pour la demande privée
  2. les archives sur son compte restent rares et lacunaires

A noter : 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s