(articles collectifs sous la direction de) Johann CHAPOUTOT/Jean VIGREUX, Des soldats noirs face au Reich-les massacres racistes de 1940, collection « autres collections », PUF, 2015

Des soldats noirs face au Reich   Essai collectif – 5 contributeurs

  • Johann Chapoutot : professeur à Sorbonne Nouvelle, memebre de l’Institut Universitaire de France, spécialiste de l’histoire du nazisme et de l’Allemagne contemporaine
  • Jean Vigreux : professeur à l’Université de Bourgogne, spécialiste de l’histoire de la France au XXème siècle, directeur de l’ARORM (association pour la recherche sur l’occupation et la résistance en Morvan)
  • Raphael Scheck : professeur au Colby College (Maine, USA), spécialiste d’histoire allemande contemporaine
  • Claire Andrieu : professeur à Sciences-Po, spécialiste de l’histoire de l’occupation et la résistance, directrice de publication à Online Encyclopedia of Mass Violence
  • Julien Fargettas : docteur en Histoire

Les troupes coloniales (atouts essentiels de la puissance française) ont représenté très vite la guerre de la civilisation contre la barbarie : dépit rageur/ironie féroce contre la sauvagerie coloniale côté allemand, combat pour la culture et l’humanité côté français …
Dès 1870, la France viole le tabou selon lequel l’Europe est le champ clos des « blancs » en envoyant des troupes coloniales issues de l’Empire (Sénégal, Maghreb) combattrent des unités prussiennes et allemandes.
En 1905 (guerre russo-japonaise), l’Europe prend conscience de sa vulnérabilité (une puissance de couleur vainct la Sainte Russie) face à un monde qu’elle pensait dominer.
L’effort matériel et humain de l’Empire (ni reconnu, ni récompensé à sa juste valeur)

  • le fantasme de la Force Noire (Afrique chair à canon/ »terre à soldats » depuis l’Antiquité/les « dogues noirs de l’Empire ») et de ses qualités guerrières (image de « sauvages »/propagande de la barbarie) qui supplée la crise démographique française
  • devenue côté allemand une « honte noire » en 1923 (dureté des accords de Versailles (confiscation de l’Empire allemand engendrant une infériorité coloniale) et occupation de la Ruhr par des soldats coloniaux en 1918 puis 1923 / le nazisme)

a permis de libérer la France au cours de la 1ère et de la 2nde guerre mondiale

Mon avis : Dommage que ces faits ne soient pas davantage reconnus par l’Etat français ….
Le Nazisme est un racisme (vision du monde structurée sur une hiérarchisation de l’humain sur le fondement de la « race » et sur le mépris/la peur qu’elle engendre) héritier du racisme européen du 19ème siècle (fondement/justification de la domination sur le monde et les Empires coloniaux) qui lui-même a hérité du racisme des Lumières (18ème siècle) et de sa taxinomie/racialisme européo-centrée
Pour eux, la place d’un « noir » était

  1. en dehors de l’Europe « blanche » (ce qu’elle n’a jamais été puisqu’on trouve des « noirs » en Angleterre depuis le Moyen-Âge)
  2. inféodé à l’état colonial
  3. soumis aux « blancs »

Or,

Les 20 000 restants furent remplacés mesquinement par des maquisards sur ordre de De Gaulle, une fois arrivés dans les Vosges (opération de « blanchiment ») … Une victoire bien amère …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s