Lois DUNCAN, Black Wood – Le pensionnat de nulle part, collection « Black Moon », Editions Larousse, 2015

black wood     Roman Ado sur la PES (perception extra sensorielle)

Kit Gordy, Sandra Mason, Linda Hannah et Ruth Crowder ont toutes été sélectionnées par Mme Duret comme pensionnaires au Manoir de Blackwood (USA). Sur quels critères ? Le Manoir dégage une atmosphère étrange, sinistre et maléfique. Que s’est-il passé entre ses murs ? Que risque-t-il de se passer ?

Mon avis : 

Un histoire qui sait ménager suspens et happy end, flirtant avec les codes du roman gothique. Elle se lit d’une traite, transformant le lecteur en détective au fur et à mesure que l’intrigue se dévoile.

La réflexion sur les dérives des adultes (l’euthanasie, un choix de société)

  • L’adulte tout puissant (Mme Duret et consort)
    • fait passer son égoïsme et son affairisme avant le bien être de ses pensionnaires
  • L’adulte conscient de ses devoirs (Jules Duret)
    • l’humain passe avant le profit
  • Le surdoué
    • un animal à exploiter
    • un être humain à protéger et accompagner dans ses « dons »

est mené avec élégance, se plaçant en focalisation interne (point de vue de Kit)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s