Joydeep ROY-BHATTACHARYA, Une Antigone à Kandahar, collection « du monde entier », Editions Gallimard, 2015

Une antigone à Kandahar     Joydeep Bhattacharya      Roman choral sur l’idéalisme et les dommages collatéraux de la guerre en regard des valeurs occidentales

Nizam, une jeune femme estropiée (dommage collatéral) lors de la guerre en Afghanistan vient chercher le corps de son frère pour l’enterrer selon les rites. Les soldats américains de la base de Tarsândan (province de Kandahar) refusent : son frère est un terroriste, son corps doit servir leur propagande à la capitale. Nizam refuse de partir … Fléchiront-ils ?

Mon avis :  C’est pas gai … 

Au-delà d’Antigone et de son rapport au pouvoir, l’auteur fait le procès de la responsabilité occidentale dans les guerres au Moyen-Orient

  • délitement et absence de vision à long terme des élites de l’armée américaine, russe, ….
  • manipulation(s) de/par leurs alliés (changeant au gré des intérêts occidentaux)
  • méconnaissance de / ignorance de / absence de curiosité pour la culture locale
  • arrogance / mépris / incompréhension pour la différence d’Autrui
    • l’étranger
    • la femme
    • le (fils d’)immigré

qui conduit à l’annihilation de toute humanité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s