Ta-Nehisi COATES, Une colère noire – Lettre à mon fils, Editions Autrement, 2016

Essai sur la place socio-politique du corps noir aux USA

Cet opus est une réponse

  • à l’émotion de son fils (15 ans) suscitée par les meurtres de Michael Brown, Eric gardner, Renisha McBride, John Crawford, Tamir Rice, … et de la relaxe de leur(s) meurtrier(s)
  • dans la lignée de l’ouverture de La prochaine fois, le feu (Baldwin, 1963) et Lettre à Jimmy (Mabankou, 2007)

mais aussi un testament/témoignage reposant sur la compréhension intime des 2 piliers du pouvoir et de la puissance US

  1. le rêve WASP
  2. l’héritage de l’esclavage (préalable à la destruction sytémique du corps noir)

Mon avis : Accepter l’autre, une conséquence ou une nécessité participant de la déconstruction de l’inconscient colonial ? 

Selon Alain Mabankou (préface), l’homme africain a une « idée certaine » de l’Afrique (chasser le colonisateur investi d’une mission de civilisation (pouvoir décider à sa place)) quand le black américain a une « certaine idée » de l’Afrique fondée sur les mythes (héros pré-coloniaux) et la traite négrière qui l’ont réduit à un statut humiliant de sous-homme.

Leu lien ? L’urgence de devenir des hommes libres !

Leurs armes ? La création et la liberté de pensée, invitations au dialogue qui aboutira (? – voir à ce sujet politiques de l’inimitié d’Achille MBembe aux Editions La Découverte) à ce que Derek Walcott appelle « la culture de la courtoisie et de l’échange »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s