Théâtre du Petit Monde, L’Ecole des femmes (Molière)

Mois Molière 2015     Le Mois Molière a 20 ans     Pièce de théâtre, avec trio de musiciens (1 flûte traversière, 1 violon et 1 violoncelle), mise en scène par Nicolas RIGAS

  1. mêlant le fond (le propos de la pièce) et la forme (de Freaks au cirque moderne) :
    1. l’histoire du monde du spectacle : du conte (Blanche Neige) à l’opéra (Les contes d’Hoffmann), sans oublier le cirque, la farce (le jeu des domestiques et la comparaison du cocufiage à une bonne soupe où l’on ne doit pas tremper le doigt), le boulevard (le final), …
    2. la modernité des propos de Molière sur le mariage forcé et les raisons des vieux barbons d’épouser une jeunesse (cf : situation en Afrique du nord) aussi sotte, soumise, innocente, d’une bonté naturelle, … que possible
  2. rapprochant, par les intermèdes chantés (Elle a fui la tourterelle, Les oiseaux dans la charmille, Je triomphe par la peur, Belle nuit d’amour, Chantons cette journée pour vous si fortunée), la pièce des Contes d’Hoffmann : vie amoureuse d’hommes (Arnolphe / Mr de la Souche et Horace) qui pensent avoir trouver la femme idéale (Agnès)

La plus grande crainte d’Arnolphe, riche bourgeois de 42 ans, est de se marier à une femme qui le fera cocu. Aussi a-t-il résolu de s’éviter se désagrément en élevant Agnès, fille d’une pauvre paysanne, dès la prime enfance :

  1. couvent (où elle n’a rien appris si ce n’est coudre, broder, filer, obéir sans discuter et craindre les puissances divines)
  2. claustration jusqu’au mariage

Que se passera-t-il si l’Amour passe sous sa fenêtre ? Agnès succombera-t-elle ?

Mon avis : Un spectacle familial superbe, enlevé, sans aucun temps mort !!!

Entre un Arnolphe (sorte de Mr Loyal/clown blanc du cirque auquel les spectateurs vont assister) survolté, un Horace bondissant et des valets (Georgette, résurgence de « Mémé Sarfati », et Alain, clown de service) acrobates, le public ne s’ennuie pas une seule seconde …

L’attention portée aux costumes (du Moyen-Âge au 19ème siècle), en fonction de la place sociale des intervenants, est prodigieusement réfléchie et ouvre un abîme de réflexion sur la condition féminine à travers les âges et les continents.

Un grand Merci ! aux comédien(ne)s :

  • Nicolas Rigas, Martin Loizillon, Jean Adrien, Romain Canonne, Benoit Hamelin, Daniel Milgram et Raphaël Schwob
  • Antonine Bacquet (Agnès)

pour cette si belle soirée : j’ai passé le voyage de retour (en bus et métro) à chantonner l’hymne du théâtre du Petit Monde …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s