Beatrice MASINI, L’aquarelliste, collection « 16/17 », Editions A vue d’oeil, 2014

l'aquarelliste     Roman
Prix Manzoni 2013


Dans le Milanais (alors sous autorité autrichienne), aux alentours de 18** – Bianca, une jeune fille anglaise, célibataire récemment orpheline est engagée par Don Titta, un aristocrate italien, poète et botaniste, pour herboriser à l’aquarelle la riche flore de son domaine de Brusuglio … Elle s’engage à rester 1 an.
Observant la maisonnée et les domestiques, les amis de passage et les invités récurrents tel un enthomologiste, Bianca se croit au-dessus de la mêlée … Le restera-t-elle ?

Mon avis : Un roman d’éducation et d’émancipation bien agréable, frais et léger sans mièvrerie !

Un roman initiatique qui rappelle le film Senso de Luchino Visconti pour sa description de la lutte des aristocrates pour la libération de l’Italie du joug autrichien. Lutte qui fait écho à celle de l’héroïne, Bianca : comment échapper au destin tout tracé des femmes de son milieu : « fille de » – « épouse de » – « mère de »/ »veuve de » ?

La solution lui est soufflée par son père : Travailler ! Une solution bien différente de celle dont usa en son temps la mère de Don Titta …

A noter le rôle des pères et des fils qui obéissent à 2 évolutions différentes

  1. très moderne des pères : amoureux de la mère donc bienveillant pour les filles
    1. Don Titta et son amour câlin pour ses filles
    2. Le père de Bianca qui, retrouvant en elle l’amour qu’il avait éprouvé pour sa mère, lui fournit métier (aquarelliste) et logis (héritage d’une partie de la maison familiale)
  2. très conservatrice des fils
    1. les fils de Don Titta : cruels envers les animaux plus faibles qu’eux
    2. le frère de Bianca, n’attendant que l’héritage du père pour la marier et la flanquer à la porte

illustrant en cela le caractère cyclique de la vie humaine et des mouvements sociaux qui la traversent.

La sagesse vient avec le nombre des années dit-on .. Ici, elle vient d’une toute jeune-fille, une innocente, qui fait face à l’inévitable et sait s’adapter à la conjecture sans perdre sa joie de vivre.

Ce n’est jamais de la faute des filles si elles naissent fille … On ne s’excuse pas, on avance !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s