Michaël DUDOK DE WIT, Studio Ghibli/Wild Bunch/Why not Productions/Arte France Cinema/Belvision/CN4 Productions, La tortue rouge, 2016

la tortue rouge     Un grand Merci ! à Caran d’Ache et à Facebook pour m’avoir permis de gagner cette invitation

Prix spécial 2014 de la Fondation GAN pour le cinéma, Prix spécial « un certain regard » du Festival de Cannes 2016
Film d’animation sans paroles de 80 mn
Robinsonnade – Renouvellement du Mythe de la sirène

Un homme se réveille naufragé sur une île déserte. Une tortue géante chavire chacun de ses radeaux. L’homme se venge en la renversant sur le dos lorsqu’elle revient à terre pondre ses oeufs. Quand le soleil fendille sa carapace, une jeune fille apparaît ! L’homme parviendra-t-il à se faire pardonner … et aimer ?

Mon avis : Superbe mais on reste songeur ! 

Une poétique robinsonnade dont la 2nde partie reste dans la lignée de son court métrage Père et fille (un père dit au-revoir à sa fille qui ne le reverra jamais mais pensera toujours à lui). Très réussi plastiquement (dessins au fusain et crayon numérique, décors conçus à la main, images de synthèse pour la tortue et le radeau), il évite le cliché  « carte postale des Seychelles » en mêlant imaginaire

  1. européen
    • Robinson Creusoé, Les Robinsons Suisses
    • les sirènes (femme-animal qui vit dans l’eau (poisson, loutre, phoque, …) et/ou l’air (oiseau))
    • Symbolisme animal : la tortue est synonyme de persévérance et sagesse (symbolique de la Terre-Mère),  la représentation de l’univers (porteuse du monde et de l’humanité), un gage de stabilité pour tous et sa carapace est le symbole de la protection envers des blessures humaines.
  2. des Seychelles
    • Tortue Géante des Seychelles (certains spécimens peuvent vivre jusqu’à 150 ans)
    • dugong (notre lamentin, un mammifère herbivore que les marins d’autrefois ont confondu de loin avec une femme)
  3. des indiens
    •  Les Hurons (XVIIème siècle – sud de l’Ontario)
      • Récit de la création du Monde : « Avant la vie, toutes les créatures vivantes résidaient au-dessus des nuages, au milieu des lacs, des rivières et des forêts. Quand, un vieil homme atteint d’une maladie du se faire soigner par un breuvage à base d’écorce, sa fille se porta volontaire pour aller en forêt, accompagnée de son chien. En arrivant à la forêt, un ours la flaira et tenta de l’attraper pour la manger. Il lui sauta dessus, mais tomba dans un trou et entraîna le chien avec lui. La fille tenta de sauver son chien en se précipitant vers ce trou. Durant la chute, elle s’agrippa à un arbre pour se retenir, mais l’effet ne fut pas des meilleurs. Au lieu de remonter, elle descendit en emportant avec elle tout le paysage qui l’entourait. Elle tomba et atterrit directement sur la carapace d’une tortue. Celle-ci tout étonnée d’avoir une passagère clandestine sur le dos, demanda au castor, à la loutre et au crapaud d’apporter de la terre sur sa carapace pour que la femme s’y sente à l’aise. Ainsi, grâce aux animaux, la Terre prit de l’expansion sur le dos de cette tortue et, devint la Terre telle qu’on la connait. »

2 visions s’opposent dans ce film

  • Délibérément féministe, ce film célèbre la femme comme personnification de la déesse de l’énergie et la Mère éternelle : La tortue a une carapace qui enseigne comment se protéger des blessures, de l’envie, de la jalousie et de l’inconscience des autres (c’est aussi le rôle de l’île déserte). La « femme-tortue » est une femme Sage (Chamane) qui a les pouvoirs de la Tortue. Elle a la capacité de créer, de porter le monde et de savoir se protéger. Elle honore la lenteur, la patience. Elle sait prendre son temps, accepter la durée de chacune des étapes … Et retourner à la Terre qui, la première, a porté ses pas.
  • Délibérément patriarcal, ce film réalise le fantasme de tout macho :
    • être choisie par une femme et être son principal centre d’intérêt
    • lui faire un enfant (et un seul, faut pas déconner !) puis le laisser partir vivre ses propres aventures/sa propre vie (pas de nouvelles, bonnes nouvelles !)
    • l’isoler de ses congénères (donc pas de rival ni de jalousie(s) à gérer)

Il n’y avait que 6 personnes dans la salle (une 50taine de places) lors de ma séance … Dommage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s