Chigozie OBIOMA, Les pêcheurs, Editions de L’Olivier, 2016

Conte africain – Tragédie familiale – critique de la société contemporaine et du désir d’éducation occidentale – Roman animiste

Nigéria, 1993/2003 – L’Omi Ala est le fleuve qui traverse Akure (ouest du Nigéria), la ville où habite une famille Igbo unie : James Eme Agwu, son épouse Paulina et leurs 5 enfants (Ikena, Boja, Obembe, David et Nkem). Lorsque James est muté à Yola (nord du Nigéria), il laisse femme et enfants derrière lui. Ce surcroît de liberté aurait pû leur apporter un nouveau souffle mais le fou Abulu prédit à l’ainé qu’il sera tué par un de ses frères ! La tragédie se met en marche …

Mon avis : « Dieu les destinait à la mort à titre de spectacle pour le monde, les anges et les hommes. » Corinthiens I, 4, 9

Une cassandre (Abulu le fou) et des protagonistes (5 enfants (3 déclencheurs du malheur familial + 2 rédempteurs)) mineurs punis par ce qui faisait leur force (l’amour fraternel) forment cette tragédie Igbo (l’une des ethnies du Nigéria) qui intègre dans sa composition même

  • métaphore biblique (Caïn et Abel, les Prophètes)
  • animisme (les dieux (la terre, le Fleuve, les animaux) jusque dans le titre des chapitres et la façon dont l’acmé de la tragédie est amenée dans le récit de ce naufrage familial
  • critique de la société contemporaine nigériane
    • absence de compassion pour Autrui, surtout s’il est inférieur (donc en gros plus pauvre),
    • volonté d’atteindre le Graal de « l’éducation à l’occidentale » même s’il faut se séparer de ses enfants en les envoyant étudier à l’étranger,
    • sorcellerie : nécessité de détruire le corps de l’autre (poison pour les politiciens, mutations sans considération pour les dangers liés à l’ethnie pour les particuliers) pour avancer ses propres pions,
    • instabilité politique, corruption des fonctionnaires, (…)
    • Espoir démocratique suscité par la victoire électorale de Moshood Kashimawo Olawale Abiola  entre 1993 et 2003, victoire annulée par Ibrahim Babangida qui entraînera la prise de pouvoir de Sani Abacha
    • fragilité originelle du Nigéria (présence de pétrole mais impossibilité de produire de l’électricité, construction du pays par un tiers extérieur (la Grande-Bretagne))

C’est un cri d’amour qui multiplie les lectures, né de la nostalgie du clan fraternel qu’éprouvait l’auteur lors de ses séjours à l’étranger …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s