Natalio GRUESO, La Soledad, Editions Presses de la Cité, 2016

challenge-rentree-litteraire-2016     Roman (récits enchassés) sur la solitude ontologique de l’être humain

Quartier Dorsoduro, Venise – Chaque soir, Keiko se donne à l’élu, toujours différent : celui qui est parvenu à l’émouvoir avec ses mots … Peu importe qu’il soit beau ou laid, célibataire ou marié, riche ou pauvre, intelligent ou idiot, pourvu d’une excellente éducation ou vulgaire .. Chaque soir, Keiko remet de la justice en ce monde. Du moins jusqu’à sa rencontre avec Bruno Labastide. Comment s’y est-il pris ? Qui est-il ? Pourquoi lui et pas un autre ?

Mon avis : Une envoûtante évocation des amours et de la vie moderne … 

Selon l’auteur, 2 choses paradoxales conditionnent nos vies

  1. les mots
  2. la solitude

Elles se conjuguent (forcément, bonjour le cliché) dans les bras d’une femme exceptionnellement belle (et jeune) pour finir par s’évanouir dans le soleil couchant ou l’aube (tout dépend du moment où vous avez commencé votre lecture).

Une belle écriture qui sert un roman d’aventures picaresques dont l’amour (vénal ou réel) est le fervent terreau …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s