Jannick Alimi, Beaudelaire amoureux, Editions Rabelais, 2016

challenge-rentree-litteraire-2016     Biographie d’une quête de la femme idéale

Pour l’auteure, la littérature de Beaudelaire dériverait

  1. de la syphilis transmise par Sarah la Louchette, prostituée « qui mettait l’univers entier dans une ruelle »
  2. du canabis, « la confiture verte », qui seul soulageait ses maux
  3. de la blessure narcissique infligée par sa mère (oedipe non résolu ?)

Mon avis : Le plus sûr moyen de ne pas être déçu ? Ne rien attendre de l’autre !

Baudelaire oscille entre

  • l’amour des filles et celui des bêtes (les liens conjugaux)
  • le rejet et la vénération

en une quête de la femme idéale

  1. la prostituée (Jeanne Duval)
  2. les inaccessibles (Marie Daubrun et Apollonie Sabatier)
  3. la mère (Caroline Aupick)

Voir à ce sujet La mère, la sainte et la putain

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s