Exposition « Léonard en France » jusqu’au 20 novembre 2016 à l’ambassade d’Italie (Paris)

500ème anniversaire de l’arrivée de Léonard de Vinci en France

L’exposition s’attache à retracer les trois dernières années de la vie de Léonard, années de maturité dans ce manoir tourangeau où François Ier l’avait assuré qu’il serait « libre de rêver, de penser et de travailler ». Mort en 1519 et enterré à Amboise, Léonard de Vinci demeure

  1. l’une des figures qui incarnent les liens si étroits qui lient l’Italie à la France
  2. l’un des plus grands esprits de l’histoire de l’humanité

Organisée à l’Hôtel de la Rochefoucauld-Doudeauville, siège de l’Ambassade d’Italie au 47 Rue de Varenne 75007 Paris, l’exposition est ouverte gratuitement au public jusqu’au 20 novembre 2016, tous les jours, de 11h00 à 17h00. Visites guidées (en français) du lundi au vendredi à 13h et à 14h

En automne 1516, il y a exactement cinq cent ans, Léonard de Vinci arrivait en France après avoir traversé les Alpes, en direction d’Amboise où l’attendait François 1er qui l’avait nommé “premier peintre, architecte et ingénieur du Roi”.

Le parcours de l’exposition (mis en espace par le bureau d’architectes AWP (Alessandra Cianchetta, Marc Armengaud, Mathias Armengaud)) met en valeur

  • un parcours didactique et ludique alternant les témoignages de contemporains et des dessins reproduisant les costumes et les fêtes, permettant aux visiteurs de revivre
    • les conditions de voyage de Léonard (64 ans) à travers les Alpes (à dos de mulet, pour rejoindre par le Mont-Cenis le château du Clos Lucé (Amboise) mis à sa disposition par son nouveau mécène le roi François Ier, emportant dans ses sacoches les notes et dessins de toute une vie et 3 de ses tableaux les plus célèbres, aujourd’hui conservés au Louvre, La Joconde, « La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne » et Saint Jean Baptiste)
    • sa vie  à la Cour de François 1er
  • le chef-d’oeuvre de Léonard «Visage de Femme»  dite «La Scapigliata» (« L’Ébouriffée »), grisaille de 1508 représentant une jeune femme cheveux au vent, provenant de la Galerie de Parme (Complesso della Pilotta) est mise en perspective avec des œuvres des proches élèves de Léonard (Francesco Melzi, Gian Giacomo Caprotti dit Salaì) comme autant de clés pour comprendre le travail du maître et sa constante volonté de rompre les codes de son art
  • l’enveloppe architecturale de l’Hôtel de La Rochefoucauld- Doudeauville (appelé du nom de la famille qui l’a possédé pendant près d’un siècle, surnommé également « Hôtel de Boisgelin » en souvenir du prélat qui en fut le locataire à la fin du XVIIIème siècle, il abrite, suite à une convention de 1938, l’ambassade d’Italie. Le gouvernement français dispose du Palais Farnèse (Ambassade de France à Rome) à titre de réciprocité)
  • le mythe de Léonard
    • à travers la littérature, les arts et le cinéma
    • les « anecdotes littéraires » les plus célèbres liées à l’artiste

Mon avis : Superbe !

Une exposition qui célèbre ce 500ème anniversaire avec une présentation comparée d’œuvres de Léonard de Vinci et de ses plus proches élèves (Francesco Melzi, qui le suivit en France, et Gian Giacomo Caprotti dit Salaì, qui se rendra à Amboise pendant le séjour français de Léonard)

1. La Scapiliata, Léonard de Vinci – provenance : Complesso della Pilotta, Parme
2. Léda et le Cygne, attribué à Francesco Melzi – provenance : Galerie des Offices, Florence
3. Le Christ, Gian Giacomo Caprotti, dit Salaì – provenance : Veneranda Biblioteca Ambrosiana, Pinacoteca, Milan
4. Saint Jean Baptiste, attribué à Giangiacomo Caprotti di Salaì – provenance : Veneranda Biblioteca Ambrosiana, Pinacoteca, Milan
5. Saint Jean-Baptiste, atelier de Léonard de Vinci – provenance : Musée de Capodimonte, Naples
6. Saint Jean-Baptiste, d’après Léonard de Vinci – provenance : Musée de Capodimonte, Naples
7. Flora, attribué à Francesco Melzi ou atelier de Bernardino Luini – provenance : Galerie Borghèse, Rome
8. Le Petit Saint Jean Baptiste ou L’enfant Jesus en Christ Sauveur, Francesco Melzi ou atelier de Bernardino Luini – provenance : Galeries Estensi, Modène
9. Vierge à l’Enfant avec l’agneau, Cesare da Sesto – provenance : Musée Poldi Pezzoli, Milan
10. François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci, Jean-Auguste-Dominique Ingres – provenance : Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Paris

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s