Exposition « Aventuriers des mers – de Sindbad à Marco Polo » du 15 novembre 2016 au 26 février 2017 à l’Institut du Monde Arabe

Expo en co-production avec le MUCEM

Cette exposition nous conduit à repenser l’aire de la civilisation arabo-musulmane qui court entre la Méditerranée et l’océan Indien, en prenant en compte une certaine inversion du regard

  1. le rôle des mers et des océans, lesquels, « loin de faire obstacle entre les hommes et les civilisations, sont des espaces partagés qui permettent d’aller à la rencontre des Autres, et de commercer avec eux »(Fernand Braudel)
  2. les limites du monde méditerranéen qui, au-delà de ses spécificités, forme un continuum avec « la mer Erythrée», comme en atteste notamment la lecture des voyages d’Ibn Battûta ou ceux de Sinbbad le marin …

Une histoire du monde arabe (l’histoire des explorations entre les mers de l’Ancien monde, de l’empire Perse aux conquêtes d’Alexandre, de l’expansion de l’Islam aux explorations chinoises et des aventures portugaises aux navigations hollandaises et britanniques) racontée du point de vue des explorateurs … Voilà l’ambition !

Pour cela, le MUCEM (Marseille) et l’IMA (Paris) ont réunit plus de 200 oeuvres

  • les récits des explorateurs, voyageurs, navigateurs et marchands qui ont contribué aux échanges entre les mondes, en soulignant
    • le motif de leurs voyages – les conquêtes d’Alexandre le Grand, l’expansion de l’Islam, le commerce des épices et des soieries de Chine, le découverte du Nouveau Monde –
    • les routes empruntées
  • récits ancrés dans l’histoire des Omeyyades, cet empire des deux mers qui a ouverts les voies des explorations au VIIe siècle

Pour prendre la mer, il aura fallu apprendre à la maîtriser (gestes du marin, instruments de navigation, évolution des embarcations … cf le navigateur et cartographe Ibn Mâjid (1432-1500)). Grâce aux progrès de la cartographie, on maîtrise mieux l’espace (cosmographies médiévales latines et arabes, cartes et portulans, mappemondes et autres traités astronomiques cf le géographe al-Idrîsî (vers 1100-1165)).

On avance dans le temps et on peut revivre l’épopée des échanges maritimes, depuis le temps des califes jusqu’au règne des cités marchandes (Marco Polo (1254-1324), l’illustre marchand italien et Ibn Battûta (1304-1377) l’un des plus grands voyageurs du Moyen Âge) avec en toile de fond  la maîtrise des routes amritimes par les Arabes dès le début de l’Islam, depuis le golfe Arabo-Persique jusqu’en Chine. Et enfin s’esquisse d’une première globalisation du monde

  1. le temps de l’expansion européenne
  2. les derniers explorateurs
    • le marin et diplomate chinois Zheng He (1371-1433)
    • le navigateur portugais Vasco de Gama (v.1460-1524)
  3. la naissance des grandes compagnies maritimes

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s