Gilles PARIS, Autobiographie d’une courgette, collection « étonnantissimes », Editions Flammarion, 2016

ma-vie-de-courgette      César 2017 du meilleur film d’animation et de la meilleure adaptation

Réédition  (Plon en 2002, Flammarion en 2013) avec dossier pédagogique
Roman Jeunesse / exobiographie
Tragi-comédie
Récit d’enfance – Récit d’apprentissage
Conte moral

Le père d’Icare (alias Courgette) est parti « faire le tour du monde avec une poule ». Depuis, la maman de Courgette, handicapée suite à un accident, passe son temps à regarder la TV sous emprise alcoolique. Un jour, pour punir le Ciel d’envoyer des malheurs à maman, Courgette tire avec le révolver trouvé à la maison. En voulant le lui arracher des mains, sa mère se tue … Que va devenir Courgette ?

Mon avis : L’enfance est un brouillard dont on ne sort qu’à l’âge adulte … Et encore … Vive la résilience !

J’ai découvert l’écriture si particulière de Gilles Paris dans Au pays des kangourous : il récidive ici en mettant dans la bouche d’un enfant de 9 ans des mots/une compréhension au 1er degré digne d’un enfant de 4 à 5 ans. C’est une langue parfois drôle, toujours dérangeante (télescopage d’une écriture d’adulte (allégorie, antithèse, comparaison, métaphore, périphrase, personnification) avec la naïveté du héros) qui renouvelle le récit d’enfance en plaçant Courgette à la hauteur des misères d’un Jean Valjean et l’histoire de son amoureuse Camille à celle d’un Poil de Carotte

Bien qu’il fasse la part belle au point de vue des adultes

  • ces enfants issus de familles dysfonctionnelles (orphelins (Icare) ou retiré(e)(s) à leur(s) parent(s), enfant du placard (cf Harry Potter) (Béatrice), rejeton de prostituée (Camille), de cambrioleur (Ahmed) ou de drogués (Simon), confié à l’ASE par des parents vivant à l’étranger (Jujube)) sont/seraient plus heureux sans leurs parents (Bonjour la violence judiciaire quand ledit parent est toujours en vie !)
  • la difficulté de recruter des éducateur à la moralité irréprochable (un minimum du point de vue du parent qui se voit retiré son enfant, non ?)

l’auteur n’en oublie pas moins celui des enfants

  • des parents restent des parents, quoi qu’ils fassent
  • les adultes qui s’occupent d’eux avec bienveillance sont des super héros
    • le gendarme
    • Geneviève (la dirlo des Fontaines)
    • les parents de Julien (alias Jujube)

A noter

  • qu’un film franco-suisse d’animation (scénario de Céline SCIAMMA, (Tomboy, Bande de filles)) en stop-motion (réalisation Claude Barras) a vu le jour en 2016 sous le titre Ma vie de Courgette  ( a gagné les prix suivants : Valois de Diamant 2016 au festival du film francophone d’Angoulême, Cristal du long métrage et prix du public 2016 au festival du film d’animation d’Annecy) et respecte
    • le côté décalé, naïf et enfantin du récit d’enfance en lui ajoutant un ton à la Tim Burton sans le côté sombre
    • l’expressivité du narrateur (marionnettes à grosses têtes et grands yeux)
  • qu’initialement paru pour adultes chez Plon et Flammarion, le roman a été adapté pour les enfants en animation et réédité chez Flammarion pour les ados
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s