Saint Valentin

Fête laïque (commerciale en provenance des USA ?) – Fête des amoureux

Histoire des premiers vœux de la Saint-Valentin

Plusieurs origines sont possibles :

  1. dans l’Antiquité
    • Cupidon était le fils de Vénus, la déesse de la beauté. Il est tombé amoureux d’une princesse mortelle, Psyché, que sa mère, jalouse de sa beauté, lui avait ordonné de punir. A la mort de Psyché, Cupidon l’a réveillée d’un baiser et a pu l’épouser avec la bénédiction des dieux
    • Les Lupercales (se déroulaient du 13 au 15/02 et furent interdites par le pape Gélase 1er en 494 ) : fêtes annuelles romaines se déroulant près d’une grotte (Lupercal) au pied du Palatin (là où, selon la légende, Romulus et Remus auraient été allaités par une louve (lupa) jusqu’à leur découverte par Faustulus). Elles seraient dépendantes du culte du loup (décimeurs de troupeaux) où l’on honorait le dieu Faunus-Lupercus (l’équivalent de Pan)
      1. 12 prêtres luperques lui offraient des sacrifices de bêtes (bouc, chèvre, chien).
      2. Le couteau sacrificateur touchait le front des jeunes gens ( fils des cinq plus anciennes familles aristocratiques, descendantes des fondateurs de Rome (gentes des Fabii et des Quinctii)) et ceux-ci après avoir éclaté d’un rire libérateur couraient dans la ville fouetter les femmes sur leur passage qui désiraient concevoir dans l’année (selon la légende étiologique, après le rapt des Sabines , qui se révélèrent stériles au grand désespoir de leurs ravisseurs (Romulus en tête) qui les avaient enlevés dans ce but. Une voix mystérieuse aurait tempêté « Qu’un bouc pénètre les femmes italiennes ! » et un habile devin aurait su interpréter cette injonction divine de façon à sauvegarder l’honneur de ces dames : il fit découper dans la peau d’un bouc des lanières dont on fouetta les Sabines ravies (aux deux sens du terme), qui, de ce fait, eurent beaucoup d’enfants).
      3. Avant le banquet, chaque jeune fille inscrivait son nom sur un parchemin qu’elle déposait dans une grande jarre, puis, chaque jeune garçon tirait au sort le nom de la jeune fille qui devait rester avec lui pendant tout ce banquet. Parfois, les jeunes gens tombaient amoureux et se mariaient. Cette tradition était dédiée à Junon, déesse du mariage, chargée de protéger la sainteté du mariage et de présider aux accouchements.
        • fête de purification : se laisser fouetter par les lanières de bouc et ainsi bénéficier de la générosité du dieu
        • fête de transition :
          • passage vers une nouvelle année (elles se situent à la fin de l’année romaine qui commence le 1er mars)
          • fin de l’enfance (les Lupercales, avec les  Liberalia et les Mamuralia, qui avaient lieu du 15 février au 15 mars, font partie d’un cycle de rites initiatiques marquant la fin de l’enfance pour les Romains, selon certains historiens)
          • le sacrifice du bouc/de la chèvre dans la grotte est symbolique de la mort ; le rire aux éclats, qui survient après la purification, symbolise le retour du souffle vital, et donc la résurrection.
        • fête de fécondation sociale : raviver la fécondité de la société humaine en libérant les puissances vitales de la nature de toutes les contraintes de la civilisation
    • Claude II (empereur romain en -270) fit annuler toutes les fiançailles de l’Empire pour que ses soldats restent concentrés sur l’art de la guerre. Valentin de Terni, un prêtre catholique, maria les amoureux en secret. Découvert, il fut jeté en prison jusqu’à sa mort
  2. Au Moyen-Âge
    •  A la cour d’Angleterre, on avait l’habitude de mettre ensemble une jeune fille et un jeune homme pour toute une journée. Le Valentin et sa Valentine devaient s’offrir en secret des petits cadeaux comme des poèmes
  3. Mais c’est surtout au XVIIe siècle, que Valentine devient populaire. William Shakespeare, dans Hamlet, fait chanter Orphelia :
    texte de William Shakespeare :
    To-morrow is Saint Valentine’s day.
    All in the morning betime,
    And I a maid at your window,
    To be your Valentine.
    Then up he rose and donned his clo’es
    And dupped the chamber door,
    Let in the maid, that out a maid,
    Never departed more.
    traduction de Victor Hugo :
    Bonjour ! c’est la Saint-Valentin.
    Tous sont levés de grand matin.
    Me voici, vierge, à votre fenêtre,
    Pour être votre Valentine.
    Alors, il se leva et mit ses habits,
    Et ouvrit la porte de sa chambre ;
    Et vierge elle y entra,
    et puis jamais vierge elle n’en sortit.
  4. Depuis le XVIIIème siècle, la coutume de l’envoi des « Valentines », des cartes qu’on envoie à son amoureux ou son amoureuse, s’est généralisée en Grande-Bretagne puis en Amérique du Nord. La coutume s’est répandue en Europe à la fin de la seconde guerre mondiale
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s