Didier CORNAILLE, Les Trois Chats de Chamasson, collection « Terres de France », Editions Presses de la Cité, 2017

     Roman régionaliste – Luttes socialistes

3 matous solitaires ont installés leurs pénates dans une vieille grange à foin. Parviendront-ils, avec le temps, à se laisser amadouer par l’humain ?
Joseph Caudron, leur voisin, aperçoit un soir de la lumière dans la vieille maison Tardy … Qui s’installerait dans un coin aussi loin de tout, sans eau courante ?
Un divorcé retraité, Sylvestre, revient s’installer dans la maison de ses parents. Y restera-t-il ou jettera-t-il l’éponge devant les difficultés ?
Le détournement de la source par Le Ravalot met le feu aux poudres …

Mon avis : Un roman naturaliste, prétexte à rappeler les luttes anciennes et les nouvelles …

Deux mondes s’affrontent

  1. les Utopistes
    • Mai 68
    • Les communautés du Larzac
  2. Les Pragmatiques
    • Négociation, accomodation
    • Cohabitation

les deuxièmes issus des renoncements (appel du confort, composer avec les inégalités/injustices) des premiers …

Quel serait le juste milieu ?

  1. celui du Capital (illustré par la figure du Ravalot) : le respect de l’entrepreneur qui s’est fait tout seul
  2. celui des écolos (illustré par la figure du Sylvestre et de ses amis)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s