Milo MANARA, Le Caravage [série], Editions Glénat, 2015

          BD – Dyptique biographique sur Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit « Le Caravage » (1571-1610), l’Italie du Cinquecento et les affres de la Création

1ère partie : La palette et l’épée
Ainsi se résume dès la 1ère de couverture, l’essence du Caravage

  1. peindre
  2. se battre contre les injustices sociales de son temps
  3. donner à voir la vérité des sujets traités (cf La vocation de St Mathieu et Le Martyr de St Mathieu sur les murs de St Louis des français)

2ème partie
(à lire)

Mon avis : Une vie entre ombre et lumière !

Le personnage de Caravage a pour pendant féminin dans le symbolisme de la résistance contre l’arrogance de l’aristocratie

  1. « la belle parricide »
  2. les modèles choisies parmi les puterelles pour représenter les anges / personnages féminins de ses tableaux
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s