Maxence Fermine, Le violon noir, Arléa, 1999

     Roman

Johannes Karelsky est violoniste. Ex-jeune prodige, il a déjà, à 31 ans, parcouru l’Europe entière. Son rêve est de composer un opéra. Malheureusement, en 1796, il est appelé pour la campagne d’Italie : adieu musique, composition et rêve de gloire ! Le 2 avril, c’est la marche forcée à travers les Alpes, puis il est blessé à la bataille de Montenotte par un Autrichien. Dans un rêve, il voit une femme dotée d’une voix sublime chanter pendant son agonie. Il tombe amoureux de cette voix de soprano si pure. S’il la retrouve, elle chantera son opéra …

Le 16 mai 1797, c’est le pillage de Venise. Là, notre héros rencontre Erasmus, un luthier qui a appris son métier auprès du fils de Stradivarius.

Cette rencontre changera sa vie.

Mon avis :

Un roman très court où

  1. le pragmatisme de Napoléon face à la douleur de ses soldats se heurte à la délicatesse des âmes musiciennes, réduites au silence par les hussards puis la mort
  2. l’ésotérisme tient une grande place par l’importance accordée aux chiffres 3 et 7

Les thèmes que j’ai aimés :

« La vie est un théâtre et il n’y a qu’une seule représentation » (Erasmus)

  1. Le silence Venise, radeau de silence qui sombre dans la mer
    1. la voix de Carla Ferenzi et le manque qu’elle provoque quand on ne l’entend plus (addiction)
    2. réponse de Stradivari(fils de Stradivarius) à l’un de ses apprentis : « quand vous serez capable d’émouvoir jusqu’aux larmes en jouant de la musique, alors votre voix vous paraîtra inutile »
    3. l’amour non réciproque
    4. l’amitié masculine
  2. Le chant
    1. le chant de la guerre (le bruit de la bataille de Montenotte vs le chant de Carla Frenzi quand elle trouve Johannes Karelski)
    2. le son du violon qui s’apparente à celui de la voix humaine
  3. Les âmes musiciennes
    1. Johannes Karelski
    2. Erasmus
    3. Carla Ferenzi et le violon noir qui lui a pris sa voix
    4. la guerre (le cor et les batailles)

 

Publicités

2 réflexions sur “Maxence Fermine, Le violon noir, Arléa, 1999

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s