Michel MAISONNEUVE, L’Histrion du Diable, Gaïa Editions, 2014

          Roman sur la genèse de la Commedia Dell’arte et du théâtre à travers la construction du personnage d’Arlequin

1378 : Les Ciompi de la ville de l’Arno (campagne toscane) se soulèvent contre les bourgeois de Florence divisés par des factions rivales. Michele Di Lando, un de leurs meneurs, les trahit et devient Gonfalonier de Justice : la répression est terrible … La famille Naselli fuit jusqu’à Medola (village de naissance de Fiora Merciari Naselli qui meurt en mettant au monde son fils Angelo).
Par nécessité autant que par intérêt Angelo Naselli devient mercier itinérant, comme son père.
1393 : Angelo a troqué le métier de mercier pour celui saltimbanque : bouffonneries, mime, farces et saynètes donne le LA de son art.
04/03/1402 : Fondation de la troupe Ganassa (nom de « scène » d’Angelo) et de son répertoire. Au fil des voyages, la mesnie Hellequin devient la Maisnie d’Arlecchino … Un nouveau personnage est né !
Parviendra-t-il à transmettre le feu sacré à son fils ?

Mon avis :

Tout le talent de l’auteur tient dans cette invention

  1. d’une généalogie au personnage d’Arlequin (Angelo serait son grand-père) : en effet, La première trace d’une pièce de théâtre (1572-1574) représentant le personnage d’Arlequin figurerait sur un tableau retrouvé à Bayeux, peint sous Charles IX …
  2. de la fabrication du personnage d’Arlecchino (Angelo Naselli > Lecchino (surnom donné par sa tante Elide) > Alichino (mauvaise compréhension de son surnom par un prêtre, « Alichino » est un des noms du diable chez Dante) > Ganassa qui cherche son « auro » (l’essence de son art) > auro+alichino = Arlecchino par contraction) sur les routes et places publiques où jouent sa troupe (+ de 10 ans d’errance), évitant autant que faire se peut disette, peste, guerre de succession, soulèvements et émeutes dans l’Italie du 14ème siècle.
Publicités

2 réflexions sur “Michel MAISONNEUVE, L’Histrion du Diable, Gaïa Editions, 2014

  1. Pingback: Brigitte LABBE et Michel PUECH, illustration Jean-Pierre JOBLIN, Molière, collection « De vie en vie , Milan Jeunesse, 2004 | «Mes Madeleines

  2. Pingback: Sylvie DODELLER, Molière, collection « Belles vies , L’Ecole des Loisirs, 2008 | «Mes Madeleines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s