A.I.D.A.S., « Les Oiseaux » (d’après Aristophane)

Les Oiseaux - AIDAS - Mois Molière 2016     Les Oiseaux - AIDAS 2     Les Oiseaux 3     Les Oiseaux 4     Les Oiseaux 5     Adaptation à la manière de la Commedia Dell’Arte de la pièce d’Aristophane – Farce politique

2 clowns, Trupo et Utopie, se rencontrent à la croisée des chemins (l’un veut quitter la France pour l’Italie, l’autre l’Italie pour la France) et partent finalement chercher du travail en Grèce. Ils y rencontrent Thérée (ex-roi des Thraces, transformé en Huppe) et le convainquent de construire une Cité des Oiseaux. L’Allemagne sera la terre d’élection pour cette cité idéale où hommes et oiseaux de bonne volonté pourront retrouver leur dignité (du travail pour tous, pas d’impôts, de lois, de corruption …). Mais pour vivre entre terre et ciel, les habitants de Coucouland ont besoin de spiritualité … Jusqu’à ce que les dieux de l’Olympe envahissent leur espace aérien …

Mon avis : Une pièce endiablée qui manie l’humour et la dérision comme d’autres le fil tranchant de l’épée …

Les comédiens sont arrivés sur la Place de la Cathédrale St Louis, costumés, en charrette tirée par 2 chevaux de traits, chantant à tue-tête « Nel blu dipinto di blu (Volare) » de Domenico Modugno (Eurovision 1958).

Dans une mise en scène de Carlo Boso, ils ont enchaîné

  • les chansons (« Volare », « Le travail c’est la santé » d’henri Salvador, « La Marseillaise » et « Fratelli d’Italia », « Réveillez-vous cœurs endormis », « Emmenez-moi au pays des merveilles » de Charles Aznavour, « Money makes the world go round » et « Tomorrow belongs to me » dans Cabaret, « Quand on n’a que l’amour » de Jacques Brel) et la musique du Lac des Cygnes
  • les jeux de mots (« morts de trouille », « en vérité je te le dis », « confit … de canard », …)
  • les acrobaties clownesques et chorégraphies délirantes

pour finir en beauté par une exposition tribale et sauvage du corps (les corps de Prométhée (cf Jésus Christ descendu de la croix) et Hercule (cf Tarzan sans Chita) tiennent des amours d’une pointe bic et d’un pic à hors d’œuvre) …

Les masques (la Huppe, le l’aigle, le perroquet, …) et les costumes (surtout Philomène transformée en autruche) sont superbes.

En conclusion, je dirai avec la troupe « Hommes et femmes de Coucouland, réveillez-vous » car « l’homme ne vit pas que de tous les péchés » !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s