Exposition jusqu’au 25 juin 2017, « OR virtuose à la cour de France – Pierre Gouthière 1732-1813″au Musée des Arts Décoratifs

Collaboration du musée avec la Frick Collection de New York
Oeuvre de Pierre Gouthière, l’un des plus célèbres artisans d’art du XVIIIème siècle, doreur et ciseleur des rois Louis XV et Louis XVI

  • 104 objets
  • 85 dessins et estampes

Les Arts Décoratifs – 107 rue de Rivoli – 75001 Paris – Tel : 01 44 55 57 50/Fax : 01 44 55 57 84 – http://www.lesartsdecoratifs.fr – Heures d’ouverture : du mardi au dimanche de 11h à 18h/fermé le lundi
Métro : Palais-Royal, Tuileries, Pyramides – Bus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95 – parkings : Carrousel du Louvre, Pyramides

Le projet parisien présente une version enrichie de l’exposition new-yorkaise et permet

  1. un point sur
    • l’œuvre et la carrière du bronzier,
    • les attributions souvent généreuses dont il fit l’objet autant que sur le rôle joué par ses principaux commanditaires tel que le Duc d’Aumont
  2. une mise en perspective du travail de Gouthière avec celui de ses concurrents d’alors, tout en rappelant les liens unissant les bronziers (Forestier, Rémond, Feuchère et Thomire) aux architectes et aux ornementalistes, tous protagonistes de l’évolution du décor intérieur (« art mineur »)

L’exposition est aussi l’occasion pour le musée des Arts décoratifs d’inviter la Maison Lignereux en lui proposant de présenter cinq créations contemporaines au cœur des salles du musée dédiées au XVIIIe siècle. Ces œuvres, véritables objets-sculptures, associent porcelaine et bronze doré en référence aux objets les plus luxueux produits au XVIIIe siècle.

Pierre Gouthière fit son apprentissage auprès du maître doreur François Ceriset, travailla très tôt avec des orfèvres de renom (François-Thomas Germain, orfèvre du roi qui le forma à la technique de la dorure et de la ciselure sur or et argent, François-Joseph Bélanger, Claude-Nicolas Ledoux ou Pierre-Adrien Pâris). Durant cette période, Gouthière apprit à maîtriser

  • les multiples étapes de la production d’objets en laiton doré et les techniques plus particulièrement complexes de la ciselure et de la dorure
  • mit au point un procédé qui fit sa renommée : la dorure « au mat », technique très onéreuse, qui lui permettait de varier les effets de brillance à la surface des objets

Il n’y a pas de « style Gouthière » à proprement parler, mais plutôt une manière bien personnelle d’interpréter un modèle. Si Pierre Gouthière fut célèbre à son époque (apogée entre 1770 et 1776), il travailla moins après la Révolution française, mais sa renommée courut jusqu’à sa mort en 1813, comme le prouve l’éloge que lui fit le Journal de Paris en 1814. Tout au long du XIXe siècle, il ne cessa d’être admiré et son œuvre recherchée des amateurs, essentiellement français et anglais.

Mon avis : On en prend plein les yeux …

Les ornements de bronze doré, imaginés comme somptueux faire-valoir aux objets précieux conçus par les marchands merciers ou comme éléments de décor pour les intérieurs, se déclinent sur toutes sortes d’objets

  • pendules, aiguières, vases, pots-pourris, cassolettes, bras de lumière, lustres, tables et consoles, chenets et cheminées, colonnes et piédestaux sont ainsi enrichis d’ornements finement ciselés et dorés, dont la diversité des matériaux utilisés (marbre, porphyre, jaspe, porcelaine de Chine, ivoire) comme leur couleur offre des jeux contrastes saisissants

propres à séduire les commanditaires …

Une expo pour les férus du 18ème siècle !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s