Patrice GUIRAO, Les aventures de Al Dorsey, le détective de Tahiti [série], Editions Au Vent des îles, 2010

crois-le-2       lyao-ly        Trilogie de romans policiers adaptés pour la TV (6 épisodes de 52 mn tournés par France Télévisions à Tahiti à l’été 2016, avec Alban Casterman dans le rôle du héros récurrent, ont été diffusés sur les écrans début 2017)

Mésaventures d’Al Dorsey, un jeune détective privé tahitien un peu naïf et sa jolie fiancée, mannequin dont un requin a dévoré un bras, entre l’archipel tahitien et le continent américain.

  1. Crois-le ! (2010) – Les photos de trois jeunes gens prétendument disparus sur un voilier, un cahier d’écolier, deux gourmettes, un louis d’or, un Opinel, des dettes par-dessus la tête et une valise qui aurait dû rester là où elle était sont les éléments qui amènent Al Dorsey à explorer les couloirs d’un passé extraordinaire …
  2. Lao Ly (2011) – Al Dorsey  retrouve la momie de sa petite amie manchote, Lyao-ly. Il va devoir exercer tout son flair pour remonter la piste des croyances ancestrales, flirtant parfois avec le surnaturel…
  3. Si tu nous regardes (2017) – Les héros de «Crois-le !» et «Lyao-ly» se retrouvent pour résoudre une double enquête qui s’annonce compliquée et dangereuse pour Al, accusé de trafic de drogue. Alexandre Léglise, le vieux sorcier guérisseur et ex-braqueur retiré à l’île de Pâques, introuvable, pourrait-il l’innocenter ? La valse des morts continue (Rico, une figure des nuits chaudes de Papeete et Jean Reaumard, un animateur télé venu de métropole, sont retrouvés sauvagement assassinés au bord du lagon). Quel lien avec Al Dorsey ?

Mon avis : Une série de polars « noir azur » par un auteur de comédies musicales à succès (Les Dix Commandements, le Roi Soleil, Cléopâtre, Mozart, Robin des bois) …

Une très belle galerie de portraits aux confins d’un Pacifique fort éloigné des cartes postales (Tahiti, un pays de cocagne où l’on sirote des cocktails face à l’océan) et des bons sentiments (Tahiti, le paradis des bons pères) mais empreinte du « parler local » (tournure de phrase idiomatique) nous promène aux quatre coins de la Polynésie en compagnie d’un producteur de télévision et d’un gourou reconverti dans le trafic d’objets sacrés.

Un antihéros pas encore sorti de l’enfance (il boit du jus de citron, se retrouve pris à son propre piège car il ne s’intéresse qu’à des histoires qui le ramène à lui, aborde les choses avec un regard un peu incrédule, …)

Nouvelle réussite pour celui, arrivé avec ses parents à Tahiti à l’âge de 13 ans, qu’on peut désormais présenter comme l’inventeur du roman « noir azur ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s