Yoshihiro ISHIKAWA, Kaibŷo otama-ga-ike / The Ghost cat of Otama Pond (1960)

      Film colorisé japonais de 75 mn – Horreur/Drame familial

DVD disponible chez New Star Studio et Griechenland

Deux amants, Keiko et Tadahiko, marchent se rendent dans les montagnes chez les parents de Tadahiko (ils se marient le lendemain). Qu’importe la direction qu’ils prennent, ils se retrouvent à Otama Pond, comme si une sorte de force ne voulait pas les laisser partir. Un chat noir, Tama, les conduit à une maison abandonnée où un crime fut commit il y a plus d’un siècle …

Mon avis : En VO sous titrée anglais … 

Quand un remake japonais de Roméo et Juliette se termine mal (Yashimaru aime Kosazo, ils ne sont pas de la même classe sociale, le père de Kosazo s’oppose à leur amour …) et que la vengeance suinte à travers les siècles …

Selon une ancienne croyance bouddhiste « celui qui commet un crime souffrira de ses actes »

  1. La notion de «souillure» étant très importante dans le bouddhisme, de nombreuses choses peuvent causer une «pollution spirituelle», la plus forte étant le contact avec la mort (cf le désenvoûtement de Keiko)
    • Pour nettoyer cette pollution il faudra effectuer « le rituel des sept jours », qui débute au moment où la souillure a été causée.
      • Vers la fin du XVIe siècle les bouddhistes inventèrent une cérémonie afin de pouvoir purifier leurs âmes, le Hyakuza Hôdan, qui consistait à se rassembler en groupe afin de raconter une 100taine de contes bouddhistes tout au long de 100 jours, au bout desquels il était censé se produire des miracles
      • Peu à peu le rituel du Hyakuza Hôdan devint un jeu appelé Hyaku Monogatari Kaidan Kai (« collection de cent histoires étranges », jeu qui consistait à se rassembler le soir et à se raconter une 100taine d’histoires effrayantes, au bout de chacune d’entre elles une bougie était soufflée et lorsque les 100 contes étaient achevés et les 100 bougies éteintes, un évènement effrayant était censé arriver)
        • Les guerriers et les samouraïs étaient très friands de ce jeu, moyen de tester leur courage
        • C’est avec sa popularité naissante que les artistes d’estampes ukiyo-e produisirent de nombreuses collections nommées Hyaku Monogatari, avec par exemple  Utamaro KITAGAWA.
    • A cause de ce concept de « souillure », les histoires de revenants se firent plus populaires pendant la période Edo

Ce film de Yoshihiro Ishikawa aborde une légende horrifique célèbre au Japon,

  1. celle du bakeneko (化け猫, monstre-chat), une légende du folklore japonais transmise oralement qui serait à l’origine du bobtail japonais (une race de chat à très longue queue)
    • C’est un chat ayant des pouvoirs surnaturels, comme le kitsune ou le tanuki, qu’il acquiert en atteignant l’une (ou plusieurs) de ces caractéristiques
      1. un âge de treize ans,
      2. un poids de plus d’un kan (unité de poids japonaise qui correspond environ à 3,5 kg)
      3. une très longue queue
        • Lorsque celle-ci se divise en deux, le bakeneko devient un nekomata (猫又)
    • Ce chat fantôme hante son foyer en menaçant la maisonnée et projetant des boules de feu, souvent décrit comme se dressant sur ses pattes arrière prenant alors forme humaine, il peut dévorer son maître dans le but de prendre sa place.
      1. D’apparence ordinaire, on ne le laissait pas approcher des cadavres car la légende veut que le bakeneko ait le don de réanimer un corps sans vie en sautant sur celui-ci, le ramenant ainsi à la conscience
  2. celle du bakemono (化け物) ou henge yōkai (変化妖怪, fantômes qui changent de forme), un genre d’esprits/de monstres du folklore japonais, caractérisés par leur facultés de métamorphes
    • le tanuki est un métamorphe joyeux proche des ratons-laveurs
      1. ils possèdent des pouvoirs magiques
        • créer des illusions pour s’amuser
        • jouer des tours aux villageois qui vivent à proximité
      2. ils peuvent prendre la forme d’objets et même celle d’humains
    • le kitsune est un métamorphe proche du renard

Dans le folklore japonais le tanuki partage cette dernière aptitude avec le kitsune

  • dépeints comme des êtres désagréables et associables. C’est pourquoi, contrairement aux  tanuki, les kitsune représentent une menace pour le genre humain
  • Dans les légendes du passé, les kitsune sont plus puissants que les tanuki
    • Ils peuvent arborer des formes cosmiques, faire fléchir le cours du temps ou de l’espace, rendre les gens fous
    • le terme kitsunetsuki désigne littéralement l’« état de celui qui est possédé par un renard ou par l’esprit d’un renard »

Yoshihiro Ishikawa a aussi tourné une autre version de bakeneko avec The ghost-cat cursed pond en 1968.

L’intrigue peut cependant surprendre par la banalité des faits (un récit au présent en lien avec un passé médiéval, un crime impuni, un amour contrarié, une vengeance …)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s