Guy de MAUPASSANT, La ficelle, 1883

Nouvelle sur la rumeur, la médisance et leurs conséquences

Jour de marché à Goderville (Normandie), Maître Hauchecorne ramasse un bout de ficelle par terre. Se sentant observé par son ennemi intime Maître Malandrin, le bourrelier, il cache la ficelle dans sa culotte . Le jour même le crieur public fait savoir qu’un portefeuille a été perdu …

Mon avis : Toute la sournoiserie du monde sous une pseudo-légèreté …

Une nouvelle qui utilise les ressorts de la farce (cf les nioms des sujets et le retournement de situation, le ressort psychologique (l’arroseur arrosé))

Honni soit qui mal y pense ? Mais quand la communauté se retourne contre un sujet qui a pour seul tort d’avoir les apparences contre lui, quel est son recours ?

  • La réputation ? Il n’en a plus puisqu’il fait l’objet de commérage donc c’est un mauvais sujet !
  • L’honneur ? La sincérité ? L’honnêteté ? Autant de forme d’intransigeance et d’incapacité à prendre sa place dans la société !

Si vous croyez (à tort) que la perversion narcissique est un mal récent, la Normandie du XIXème siècle devrait vous remettre les idées en place …

édition numérique : http://www.cafepedagogique.net/communautes/Levillage/Documents/La%20ficelle.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s