Richard POWERS, Le temps où nous chantions, collection « Lot 49 », Editions le Cherche Midi, 2006

Roman polytonal qui frise le fantastique
Kaddish

Le Mall, Washington, Pâques 1939 – Delia Daley, fille de médecin, rencontre David Strom, un physicien juif allemand, au concert de Melle Anderson, « contralto de couleur » à qui Les Filles de la Révolution ont refusé une salle de concert pour y donner son récital de musique classique.
Ils sont mariés un an plus tard et tenteront de vivre en état de Grâce avec leurs 3 enfants (Jonah, à la recherche de sa liberté, Joseph, le sacrifié volontaire, ciment de la famille et Ruth la rebelle) … Y parviendront-ils ?

Mon avis : Superbe, addictif …

Pour les chrétiens, Pâques est le jour où la mort a disparu.

L’auteur

  • tourne autour de ce postulat (la disparition de la mort) : du conte (L’Oiseau et le Poisson) au chant
  • étire la grâce d’une vie (celle de la femme et de l’influence qu’elle a sur l’avenir de ses enfants (la mère), de son couple(l’épouse), de sa famille (l’enfant)) à travers le temps, l’espace, le souvenir, la réalité, la mémoire (….)
  • raccroche la petite histoire (le droit au bonheur face à la haine aléatoire des aigris) à la Grande
    • le commerce triangulaire
    • la création du Libéria
    • le mouvement des Droits Civiques aux USA
      • le droit au bonheur quand on naît noir : un mythe ?
  • réussit l’exploit de faire chanter le style par déplacement successif du point de focalisation (les mêmes mots ou presque, la même histoire ou presque) : quand le grain de sable vient enrayé la machine, « Une longueur différente chaque fois que tu déplaces ton télescope » …

Quand tenir dans le présent avant de penser à l’avenir devient un gage de sécurité, quand préserver ses enfants du chagrin devient une impossibilité, quand ta vie devient une errance perpétuelle et organisée (exodes juifs, criminalité galopante des quartiers transformés en ghettos par abandon), quand aimer devient la plus grandes des folies, comment se forger une voix (une voie ?) qui résiste aux définitions ?

  1. faire l’école à la maison ?
  2. se trouver une passion ?
  3. vivre « à côté » du Monde ?

 

Publicités

Une réflexion sur “Richard POWERS, Le temps où nous chantions, collection « Lot 49 », Editions le Cherche Midi, 2006

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s