Florence DELAY, Haute Couture, collection « NRF », Editions Gallimard, 2018

    Quête picturale

Francisco de Zurbaràn (1598-1664) est un peintre monastique (« sans chevalerie ni orgueil (…) confiant en la bonté du Seigneur ») du siècle d’or espagnol, emblématique de la Contre Réforme, contemporain de Vélazquez. Un père drapier lui fit découvrir le pouvoir des étoffes, pouvoir dont il se servit dans ses tableaux, notamment ceux de la galerie Soult vendus aux enchères en 1852.
Quel lien avec Cristobal Balenciaga (1895-1972), le « maître des couturiers » ?

Mon avis : « Un couturier doit être bon architecte pour la forme, peintre pour la couleur, musicien pour l’harmonie et philosophe pour la mesure » – Balenciaga

Que deviennent les robes sans celles qui les ont portées ?
Que deviennent les femmes sans modèles positifs auxquels s’identifier ?
Que serait la dévotion sans persuasion ?

Voilà l’enjeu de ce tout petit (104 pages) recueil où l’admiration s’empare de l’auteur et contamine le lecteur … Si l’habit ne fait pas le moine, l’illusion fait quelquefois la grâce !

Pour aller plus loin :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s